Accueil » Chroniques » Vous attendez que je sois mort ?
angor et douleur thoracique

Vous attendez que je sois mort ?

Ce jour-là, cet homme crie, hurle, s’impatiente en vérité. Il vient car il se plaint de douleurs thoracique.

À l’accueil, il sera vu rapidement (moins de 10 minutes et vu l’affluence, c’est bien). Bon de toute façon, cela fait plusieurs jours qu’il a mal mais a attendus. Grand classique puis cela l’inquiète donc il vient aux urgences. Le médecin de ville ne doit sans doute pas savoir gérer et puis maintenant il est trop tard !

En tout cas, l’inscription est faite, l’attente de 10 minutes est passé et il voit une infirmière d’accueil. Ah zut, ce n’est pas le médecin ? Non toujours pas, on le répétera jamais assez.

Elle tente d’en savoir plus sur ces douleurs (description, temps, nature, effort ou non, spontanée, irradiante, etc). Grand interrogatoire classique, la douleur thoracique on s’en méfie. Puis prise des constantes et enfin un ECG (électrocardiogramme) qui regardera si oui ou non il y a une anomalie sur l’activité cardiaque. Cet ECG sera ensuite lu (donc validé) par un médecin sénior.

Dans son cas, il n’y a rien. Rien d’anormal (quoi une douleur thoracique c’est normal alors ? Je n’ai pas dit cela non plus).

On l’installe donc en zone de soins, là où se trouvent tous les médecins et paramed, là où ça court de partout dans un brouhaha d’enfer. On voit ses joues gonflées et pour ensuite entendre le « pfff » associé. Oui, y’a du monde. Il s’impatiente mais pas trop longtemps. Il demandera une fois dans combien de temps il passe, puis deux. Il ne trouvera pas cela normale. On lui explique, sans succès. Il finira par s’en aller puis revenir. Oui la première sortie, personne ne l’avait vu. Il revient et dit tout fort qu’il va s’en aller ! Comme lorsque vous criez sur votre enfant et qu’à la fin de votre phrase vous lâchez un : « sinon… »

On prend le temps une nouvelle fois de lui demander ce qui ne va pas, il trouve le temps long et menace de partir. On lui dit que s’il veut partir, il peut. QUOI ? Non mais vous êtes majeur, c’est votre santé hein. Et puis en vrai, on a vu via vos constantes, interrogatoire et ECG que vous n’allez pas faire un arrêt tout de suite.

Forcement lorsque vous balancez cela, vous en prenez plein la tête. Il partira une deuxième fois et reviendra faire un esclandre. Il a vu qu’il avait plus de public que la première fois cette fois-là.

– « Vous en foutez, vous me prenez pas, je peux mourir tout de suite ! J’ai une crise cardiaque et personne ne fait rien ! ».

Alors non, avoir une douleur thoracique ne fait pas de vous une personne qui fait une crise cardiaque. Et ensuite, on a déjà fait un premier balayage avec l’interrogatoire, les constantes et l’ECG fait par un personnel soignant QUALIFIÉ.

Il est ensuite parti quand je lui ai dit que de toute façon, il aurait une prise de sang mais les résultats ne seront disponibles que dans deux heures (bouh les vilains biologistes !).

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Lums

Les bienfaits de la luminothérapie

La lumière est essentielle pour la vie. Qu’il s’agisse d’être humain ou de végétaux, les …

Un commentaire

  1. C’est vrai que c’est pas facile travailler quand les gens sont impatients mais il faut les comprendre car souvent il cherchent juste un soutien…

Laisser un commentaire