Accueil » Chroniques » Bonne année aux urgences !
bonne année 2018

Bonne année aux urgences !

Vous fêtez le nouvel an mais sachez que vous avez une chance de le fêter avec moi, aux urgences. Car cette année, je suis de garde le 30, 31 et 1er ! Et vous savez à quoi ressemble un service d’urgences durant les fêtes de fin d’année ? Oui vous le savez.

Ce week-end, on l’aime ou on l’aime moins. Il est spécial, ça sent la fin d’année, tout s’envole. L’affluence reste la même, parfois plus, parfois moins. Ceux qu’on attendait ne viendront pas. Par contre, des cas plus lourds on aura. (Yoda ?)

Urgences saturés pour le nouvel an

On déteste cette période car on sait déjà que les services sont saturés et les hospitalisations augmentent. On n’a pas de place, on transfère vers les autres hôpitaux, parfois très loin. On enquiquine les services des étages car « les urgences » ont décidé de faire des hébergements. En fait, on n’a pas le choix, si on l’avait, on ne le ferait pas. Mais on se dit que c’est dur pour nous depuis plusieurs semaines et que pour une fois, ils peuvent nous aider à nous désengorger… C’est la seule fois de l’année où on en demande à ce point. Des fois ça pas, des fois ça gueule.

La grippe aux urgences, un fléau

La grippe a fait un joli score cette année. Elle est arrivée plus tôt, trop tôt. Elle fut sévère, certains ont été hospitalisées, d’autres sont passés en réa. On l’a pas trop aimé celle-là. On a vu aussi beaucoup de prévention sur la grippe, beaucoup d’informations sur la grippe. Il a été souvent demandé de ne pas venir aux urgences pour votre grippe. Votre médecin traitant est votre ami. Bon d’accord, sur la dernière semaine il est lui aussi parti en vacances. Il les aura bien mérité aussi… Et certains ne prennent plus de nouveaux patients alors que faire ? On reste souriant et on se dit que nous, on restait chez nous quand on avait une grippe. De la soupe, un doliprane et au lit. Ah mais attendez, je ne suis pas un super héros, qui suis-je pour avoir la prétention de mieux que savoir que les autres. N’empêche, j’en ai vu plein des grippes cette année.

Arrêtez de venir fêter la fin d’année aux urgences

Pour les plus jeunes, on vous avait dit de faire attention pour le nouvel an. Sinon on risquait de vous voir en couche sur un brancard. Bon, le message n’a pas dû passer là non plus. On aura notre petit lot de jeunot en couche-culotte, décuvant, comatant. Certains justes bourrés à 1 gramme mais que les potes ne savaient quoi faire donc avaient décidé d’appeler les pompiers. Ah tu es dégouté le jeune d’être ici non ? Je te comprends. Ou la jeune fille qui après avoir insulté tout le monde (oui parce qu’on y pour quelque chose de votre état actuel), qui s’est vomi partout sur elle et qu’on a dû laver sans rien dire. Puis au réveil, en remet une dose en se moquant : « vous êtes qui pour me garder, ce n’est pas ma maison ici, ils ne vont pas me garder encore, il sont fous« . J’ai l’impression que vous retombez dans vos crises d’adolescence dans ces moments. Le jour où vous comprendrez qu’on ne vous laissera pas sortir tant que vous n’aurez pas dégrisé pour éviter de conduire ou se faire faucher à la sortie de l’hôpital. On dira à qui la faute si cela devait arriver ? Allez, on sait tous où vos regards vont à cet instant.

Parfois on vous intube tellement l’alcool a dû couler à flots. Dommage jeune fille, ce réveillon tu t’en souviendras pas tellement et tu te réveilleras en 2018 dans un autre hôpital (faute de place ici aussi). On s’occupe de vous et on évite que vous vous noyiez encore plus.

C’est pas si rapide les urgences…

On en profitera également pour rappeler que les urgences, c’est les urgences. L’ordre de priorité reste l’état de santé actuel de celui qui arrive puis ensuite l’heure d’arrivée. Alors oui, certains passeront encore devant vous… Oui aux urgences, on attends. Une petite dame pour qui c’était la première fois m’a fait la remarque : « moi c’est la première fois, c’est comme ça les urgences ? Pourquoi j’attends encore ? Pourquoi je vois pas le médecin ». On lui a expliqué, je vous jure mais on l’a certainement mal fait. Parce que même si cela faisait que 40 minutes qu’elle était arrivé, elle nous a redemandé trois fois des explications. Bon forcément sur la fin, on lui explique que bah oui, les urgences ce n’est pas le fast food. On n’arrive pas comme ça, on ne voit pas le médecin comme ça et on ne repart pas comme ça. Sinon on prend rendez-vous avec le médecin traitant mais ça c’est un autre débat.

Parfois, on sauve une vie…

Enfin on commencera l’année avec un massage. Non pas celui qu’on peut penser pour se détendre après les fêtes. Je parle ici du massage cardiaque. Le premier de l’année, celui qui fait réagir tout le monde, celui qui fait taire tout le monde, celui que vous regardez de loin en se disant : « mon Dieu, c’est horrible, vous avez ça souvent ?« . J’ai remarqué que comme l’année dernière et il y a deux ans, j’ai toujours eu le premier massage cardiaque de l’année. Je sais pas si c’est un signe ou… Ah oui, bonne nouvelle quand même, on a pu récupérer la petite dame qui pourra donc profiter encore de cette nouvelle année.

Alors j’étais ravi de passer ces fêtes de fin d’année avec vous et je vous souhaite que le meilleur pour la suite !

Bonne année 2018 !

A propos de Jay

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi.

Check Also

compléments alimentaires

Les compléments alimentaires, efficace ?

Cet homme d’une trentaine d’années, accompagné de ses parents, vient cette nuit aux urgences car …

Laisser un commentaire