Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » Elle a sauté.
défenestration

Elle a sauté.

Aujourd’hui, je suis à l’accueil des urgences. Aujourd’hui, je reçois une défenestration. Une dame âgée a sauté par sa fenêtre de sa maison de retraite. Il n’y avait qu’un étage ce jour-là mais elle a eu beaucoup de dégâts.

Au départ deux choses me surprennent : la première, on n’est pas prévenue et l’orientation peut paraître douteuse. En effet, nous ne sommes pas qualifiés de « Trauma Center » donc les prises en charge de polytraumatisé ne se font pas chez nous. La deuxième chose, c’est que vu la gravité, le centre 15 ne nous a pas prévenues de son arrivée.

Lorsque les pompiers me la présentent, elle est coquillée et semble plutôt calme. Le chef d’équipe me fait à peine les transmissions qu’elle est déjà décoquillée par ses collègues, mauvais point. Sa respiration est saccadée. On ne me présente que de bonnes constantes et avec une fracture ouverte du poignet, juste ça. Sur le papier, plutôt simple non ? Sauf qu’elle a 90 ans et que je doute de la véracité de la simplicité de ce cas. La hauteur est à 4 mètres tout de même, elle est âgée donc fragile, ne se plaint pas et ne répond pas à cause de ses troubles démentielles. Je décide de la mettre au déchocage tout de même… On part sur le polytraumatisé.

On sait qu’ils peuvent sauter

Par la suite, on su que ce n’était pas la première fois, elle avait déjà tenté auparavant dans cette même maison de retraite mais avait alors atterri sur un faux toit. Elle saute non pas parce qu’elle en a envie mais à cause de sa démence qui évolue, enfin c’est ce qu’on se dit. On est en colère aussi qu’aucune sécurité ne fut prise après sa première tentative. Pourquoi n’est-elle pas au rez-de-chaussée ? (Faute de place ?) Pourquoi n’a-t-on pas enlevé les poignets de la fenêtre ? (Parce qu’elle n’est pas seule dans la chambre et les autres veulent profiter du bon air ?). On n’est pas là-bas, on ne sait pas mais on se pose la question. Elle fut bien prise en charge et sa fille fut rapidement prévenue. Le pronostique reste plutôt sombre, on connaît tous le syndrome de glissement chez une personne âgée qui restera alitée…

Lorsque le pompier revient 3 heures après pour déposer une autre patiente, il demanda des nouvelles. Je lui répondis qu’elle s’en sort avec : une fracture ouverte du poignet mais aussi une fracture de l’humérus, de l’épaule, une vertèbre, un bassin non déplacé, une cheville et un hémopneumothorax qui fut drainé en urgence. Il me répondit juste : « pourtant j’avais bien fait ma palpation partout… ». Cela ne fait pas tout, prenez en compte aussi l’âge de la victime et les circonstances.

Je me rappelle…

Lorsque j’étais dans les services, j’ai eu affaire à trois tentatives de défenestration. La première, on l’avait entendue et donc retenue. Il en avait assez de la vie et de son état. La deuxième resta coincée sur le bord de la fenêtre, il avait réussi à passer une jambe mais pas l’autre. Le troisième, il avait réussi. Je venais d’arriver le matin pour prendre mon service et cela faisait 5 minutes qu’il avait sauté. Faites donc attention à certaines personnes âgées hospitalisées, il y a plus de tentatives que l’on ne croit..

A propos de Jay

Infirmier 2.0 – Je partage tout et rien mais cela n’engage que moi.

Check Also

violences enfant

Des violences qu’on ne voudrait pas voir

Les urgences, c’est une sorte de hall de gare où tous les maux de la …

Laisser un commentaire