Accueil » Actualité » Nouveau changement dans la formation infirmière
formation infirmière

Nouveau changement dans la formation infirmière

Qu’on se le dise, la formation des étudiants en soins infirmiers va de nouveau changer, pour la 4ème fois, dès la rentrée 2014. Voyons le côté positif, c’est que cette formation continue à s’adapter au terrain et au besoin tout en évoluant continuellement. Attention à ne pas en faire trop cependant.

La formation infirmière évolue, encore.

Reprenons. A l’heure d’aujourd’hui, la partie clinique du diplôme est validée par une acquisition des compétences et également par l’acquisition des actes et techniques de soins. Tout d’abord mal perçus par la profession, l’approche des compétences est bien défendue pour garantir une posture de réflexivité de l’étudiant. Dès lors, l’arrêté de 2009 sera modifié et supprimera la validation des actes et techniques de soins pour l’acquisition des crédits validant un stage et ainsi l’obtention du précieux diplôme.

De plus, les étudiants auront la possibilité de valoriser leur parcours par les suppléments de compétences en transversales (Ex : association, erasmus…). Grâce à cette validation, les étudiants en soins infirmiers entrent ainsi dans le tronc commun des étudiants.

On parle des étudiants mais les tuteurs de stages ? La FNESI a signalé l’élaboration d’un cahier des charges pour la formation des tuteurs, portant une reconnaissance dans la mission d’encadrement.

Bon tout ceci n’est que synthétique, voici une illustration proposée par la FNESI et qui m’a fait sourire. Avant, le stage validait l’ensemble des compétences ainsi que les actes, maintenant juste les compétences seront à valider. Avant, le bilan de fin de stage était obligatoire, maintenant le bilan de mi-stage est également obligatoire. Bon depuis 2009, j’ai toujours fait des bilans de mi-stage… Cela semblait logique. On évaluait auparavant à un instant T, maintenant on regarde la progression de l’étudiant durant le stage. Hum, oui en même temps, c’est un peu ce qu’on faisait depuis la disparition de ce fameux instant T appelé alors « MSP« .formation infirmière

Bon c’est bien tout ça de penser aux futures têtes pensantes de la profession et à la posture reflexive qu’elle doit avoir mais les soins se font avec les mains du soignant. Ne plus avoir un regard sur le côté pratique de l’étudiant est-il pertinent ? Je pensais que les étudiants se plaignaient de ne pas avoir assez d’atelier pratique en IFSI… A noter que certains réalisent encore des MSP, dont moi je l’avoue. Mais je ne la fais pas avec un côté « évaluation« , juste parce que je ne vois pas l’étudiant dans ses soins quotidiens et que cette MSP formative sert à avoir un regard sur l’étudiant et lui donner un axe de progression par la suite. Bien entendu, elle est faite en milieu de stage et non en fin de stage… Servant également pour le bilan de mi-stage. A noter également que valider les actes techniques par l’infirmier ne doit pas être perçu comme une MSP quotidienne où l’infirmier va être au-dessus de l’épaule de l’étudiant chaque matin pour l’évaluer. Après tout est une question de pédagogie…

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

implant dentaire

Implant dentaire : vers le « reste à charge zéro » en 2018 ?

Le progrès technologique banalise aujourd’hui l’implant dentaire comme le meilleur moyen de pallier à l’absence …

Un commentaire

  1. ce serait bien que ce soit respecté. Je me retrouve bien dans la partie « avant » lors de mes études

Laisser un commentaire