Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » Prendre une tension ? Pas si simple.
Tension

Prendre une tension ? Pas si simple.

Chez nous, comme dans beaucoup d’hôpitaux, les tensions artérielles sont prises régulièrement. Ce sont principalement les infirmières puis les étudiants infirmiers qui les prennent. Je crois que le plus embêtant c’est de voir que cet acte peut nous bouffer du temps, beaucoup de temps… La tension du début d’après-midi, ça fait digérer, celle du soir fait commencer ta nuit, mais celle du matin…

La tension du patient

Cette tension qui se rajoute dans ton tour du matin en plus de vérifier tous tes piluliers, faire ton tour, faire tes prises de sang, aider à la prise des médicaments faire tes glycémies et insulines, répondre aux questions du matin, répondre au « mal » de la nuit (vu que certains n’osent pas sonner la nuit pour ne pas déranger), aider à lever ou emmener un patient au toilette car ton aide-soignante est déjà occupée à s’occuper des 10 sonnettes du matin. Tout cela en une heure de temps bien sûr. Et là, ton cadre te sortira : « mais enfin, ça vous prend deux minutes pour prendre une tension !« . Et là, ta juste envie de lui dire, CERTES ! Mais non car :

  1. C’est au moment que tu prends la tension à ton patient que ton tensiomètre te lâche, plus de piles. Qu’est ça bouffe des piles ces machins-là… Allez, tu es reparti pour aller chercher le deuxième tensiomètre ou d’allée changer tes piles.

  2. Tu ouvres le tiroir de ton chariot et la surprise, ton tensiomètre n’est pas rangé à sa place ! Merci à la collègue de l’avoir rangé où il fallait, tu refais tout ton couloir direction la salle de soins et demi-tour.

  3. Tu entres dans la chambre, tu vois ta patiente qui est réveillée et tu te dis « Cool! », tu préviens donc ta patiente que tu vas lui prendre la tension et tu vas prendre ton tensiomètre sur ton chariot devant la chambre et quand tu reviens tu vois ta patiente debout qui se dirige aux toilettes… Bon on repassera.

  4. À la chambre suivante tu veux pas te faire avoir et tu préviens la patiente que tu vas lui prendre la tension. Oui mais elle a essayé de se lever et quand elle t’a vu rentrer se dépêche de s’allonger dans son lit l’air de rien… Non mais madame, faut attendre 5 minutes de repos maintenant pour que je puisse vous prendre une bonne tension.

  5. Le tensiomètre t’affiche 5 fois « erreur » à la suite sans que tu comprennes pourquoi.

  6. Tu veux prendre la tension à la petite dame mais elle te supplie avec ces yeux de l’emmener aux toilettes… Bon ok.

  7. Tu prends la tension tranquillement, tout va bien. Sauf qu’en regardant fixement la perfusion, tu remarques qu’elle ne coule plus… Bon allez, on va la déboucher hein.

  8. Pendant que tu prends la tension, la patiente arrête pas de bavarder, s’énervant même parfois contre l’équipe de nuit qui a mis 5 minutes de trop à venir répondre à la sonnette… Oh bah 17/9 de tension. Allez on se calme cinq minutes, on en reprend une…

Bref, si vous arrivez à prendre une simple tension en deux minutes, multiplié par 15 chaque matin sans soucis, respect. Notez déjà que si votre tension dure d’une minute à deux minutes, pour 15 tensions, cela vous fait donc de 15 à 30 minutes de votre temps bouffer. Oui mais c’est notre rôle de surveillance… donc bon.

A propos de Jay

Infirmier 2.0 – Je partage tout et rien mais cela n’engage que moi.

Check Also

violences enfant

Des violences qu’on ne voudrait pas voir

Les urgences, c’est une sorte de hall de gare où tous les maux de la …

4 commentaires

  1. je suis blogeuese et etudiante infirmiere haitienne . j’aime votre blog

  2. Pas de problème, toutes les pressions artérielles sont mesurées par 5 minutes voir 2,5 minutes chez moi.

    Mais les patients disons… bougent mois 😉

  3. Oui, et c’est sans compter sur les bras de personnes obèses ou alors carrement trop maigres ( là les brassards ne veulent rien savoir… ) . La difficulté suivante c’est denfiler son stheto dans les oreilles (avec un peu de chance il a encore des embouts) et utiliser le bon vieux tensiometre manuel… Si tout va bien le scratch résiste et la difficulté suivante c’est l’écoute; premièrement ne pas être sourd meme partiellement, deuxièmement faire abstraction des tentatives de discussion ( chez certaines personnes le silence est stressant) et des bruits parasites (tv radio etc)et enfin troisièmement rester concentré au risque sinon de regonfler le brassard une vingtaine de fois…

Laisser un commentaire