Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » Rivalité des soins (du rôle propre)

Rivalité des soins (du rôle propre)

Soit vous avez compris le titre, soit non. Même moi je me demande si j’ai bien compris. En fait, ce que je veux raconter par là,  c’est cette rivalité que peuvent avoir des infirmières et des aides-soignantes entre elles concernant certains soins.

Cela découle d’un constat fait ce dimanche au boulot, parti d’une simple discussion s’est terminé en pugilat (amicale) entre l’infirmière et l’aide-soignante, rajoutons au passage l’ASH qui ne dira rien car ne se sent pas plus que cela concerné dans leur « embrouille ».

Rivalité sur les sonnettes ?

Le point de départ vient du fait qu’à un moment l’aide-soignante déclare que certains n’aident pas forcément, même en dehors de leur contexte professionnel, par exemple on ne verra pas souvent un infirmier débarrassé un plateau ou même aidé une patiente à emmener aux toilettes. Sur le plateau, je rigole, sur l’aide au déplacement, je rigole moins déjà. Car là franchement, il est évident qu’une infirmière n’est pas manchote et peut très bien aider sur ce point. Elle rajoutera la phrase magique que vous avez surement tous entendu et me dites pas le contraire : « Oui mais quand il y a une sonnette, c’est toujours nous qui y allons et jamais vous alors que la moitié du temps, les patients sonnent pour vous« .

Elle est fatale cette phrase quand même. Parce que d’un, on répond nous aussi aux sonnettes ! C’est vrai moins que vous, il ne faut pas s’en cacher (en tout cas dans notre service). Mais le fait qu’est, on répond aussi aux sonnettes et on ne laisse pas une sonnette durant 10 minutes espérant que cette satanée aide-soignante va y aller. De toute façon, même si on faisait 50-50, cette idée collective de « nous on répond aux sonnettes, pas vous » restera bien ancré. En plus, quand on répond, la moitié du temps, le patient demande l’aide-soignante. Donc c’est 50-50 aussi sur la nature de la demande.

Là où cela a blessé ma collègue infirmière et un peu moi aussi dans mon estime, c’est qu’on répond justement aux sonnettes. Peut-être plus que d’autres infirmières mais le fait est que c’est à nous qu’on a dit cela et qu’on n’a pas forcément accepté la chose. C’est vrai, pourquoi se prendre une soufflante alors qu’on fait les choses ? Pourquoi (même nous) ne disons pas les choses clairement aux personnes faisant les petits soucis de ce genre mais à ceux qui font bien leur boulot ? Facilité, répondant, pas de problème ? Tout est question de mot après…

Le pire fut ensuite que ma collègue infirmière a eu le malheur de trouver elle aussi un exemple envers les aides-soignantes en signalant que cela peut être la même chose sur une vidange d’une poche à colostomie où certaines aides-soignantes vident les poches et d’autres non. Au départ l’argument de « ce n’est pas notre rôle » est vite écarté car si, la vidange d’une poche est du rôle propre d’une aide-soignante. Elle s’est un peu dépatouillé comme elle pouvait mais a finalement pris elle aussi la remarque pour elle et s’est braqué de colère. Pourtant, deux bonnes collègues ont sorti leur exemple de façon généralisé et non individualisé, dommage.

Alors vous inquiétez pas, on n’est quand même pas rancunier à l’hôpital et on s’est vite retrouvé en rigolant (après 5 minutes de boudage chacun de son côté). Moi au milieu des filles, j’ai encore essayé de désamorcer la bombe.

Mais comme je leur ai dit, de toute façon même si on faisait 50-50, les idées préconçues sur les IDE ne répondant pas aux sonnettes ou sur les AS ne vidant les poches resteront ancrées. Là je parle de mon service, car je me doute bien que sur les 400.000 infirmières en France, toutes ne répondent pas de façon systématique aux sonnettes et laissent l’aide-soignante s’en chargé.

Donc même si après tout chacun son rôle, l’entraide entre collègues n’a jamais fait de mal, alors pensez-y de temps en temps.

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Soleil

Le danger des coups de soleil

L’été, le soleil, la plage, le bronzage… Tout ceci vous fait rêver ? Pourtant, saviez-vous que …

3 commentaires

  1. L’aide soignante n’a pas de rôle propre donc la vidange de poche de stomie n’est pas de « son rôle propre » mais bien de celui de l’IDE. Bien que la vidange d’une poche de stomie est un soin déléleguable à l’AS (cf: référentel DE Aide Soignant)

  2. il serait bien que les aides soignantes restent a leurs places elles ont 9mois de formations et pas toutes leurs bacs et nous apres un bac et 3 ans demi de formations j’ai autre chose a faire que de repondre aux sonnettes en premiere intention.

    • 10 mois de formation en retirant les vacances. En retirant les mois de vacances de la formation IDE on arrive plutôt à trois ans d’études. Répondre aux sonnettes ne fait pas parti du référentiel du DEAS pas plus que du vôtre. Il serait bon de faire dégonfler votre melon. Vous n’êtes qu’une infirmière, pas la reine de Prusse.

Laisser un commentaire