Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » Des violences qu’on ne voudrait pas voir
violences enfant

Des violences qu’on ne voudrait pas voir

Les urgences, c’est une sorte de hall de gare où tous les maux de la société attendent de prendre le prochain wagon vers une destination qu’il ne connaisse pas encore mais qu’ils espèrent ressortir en bonne santé. Les urgences c’est aussi l’endroit où tous les maux de la société se retrouvent et vous vous êtes au milieu de tout cela, vous vous le prenez en pleine face.

Ce soir-là, j’ai vu passer dans le couloir deux gros policiers, l’un porté un enfant en bas âge. Enfant en pleure, d’environ 2 ans et demi. Tout ce petit monde se dirige tranquillement vers les urgences pédiatriques. J’apprends que cet enfant a été retrouvé dans la rue, accompagné d’un père qui aura forcé sur l’alcool ce soir-là, poussant son enfant en pleine nuit dans une poussette à qui il manquera une roue. Je me suis pas occupé de cette affaire, je suis passé à côté d’eux en pensant que je ne voulais pas en savoir plus.

Et finalement, les violences reviennent encore

Le lendemain soir, je me retrouve en garde aux urgences pédiatriques. Ce que j’avais évité la veille, je vais de nouveau le retrouver ce soir.

On m’emmène deux enfants, un enfant de 6 ans et son frère de 10 ans. Ils sont souriants, c’est maman qui nous les emmène. Elle vient pour faire constater à un médecin, des traces de coups sur ses deux enfants. Elle venait de passer au commissariat, il lui fallait un certificat médical. Pensez-donc, pendant que maman était au travail, papa gardait les gosses. Après avoir bu quelques gorgés d’un breuvage surement fermenté pour se désaltérer, celui-ci eut la bonne idée de prendre des câbles de rallonges électriques et d’attacher ses enfants. Forcément, il en profitera pour donner quelques coups par-ci par-là.

On a examiné les enfants, on voyait bien les traces de câble sur tout leur corps. Les enfants se laissent regarder, examiner, ils se prêtent volontiers à l’examen par le médecin. Ils n’ont pas peur, maman est là, on est là. Ils rient avec nous, jouent, chahutent gentillement. On ne penserait pas que  ces deux enfants ont été torturer la veille par leur père. Je leur demande si c’était la première fois, le plus jeune me répondra que c’était « que » la deuxième fois. Se rendent-ils compte de ce qu’ils venaient de vivre ? Que cela n’est pas normal de se faire punir ainsi ? Soit ils sont encore trop jeunes et inconscients, soit ils sont très courageux pour leur âge. J’espère alors que c’est la deuxième option.

J’ai encore vu le pire chez l’homme ce soir-là, j’ai vu le courage dans les yeux de ces enfants.

« Allez, ce n’est pas grave« . Je lui souris en m’en allant…

A propos de Jay

Infirmier 2.0 – Je partage tout et rien mais cela n’engage que moi.

Check Also

tendre la main face à la mort

Parce qu’ils savent que la mort leur tend la main…

Cela s’est passé il y a pas longtemps et cela nous fait souvent se remémorer …

Laisser un commentaire