Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » C’était quand même bien caché…
couteau urgences

C’était quand même bien caché…

Parfois, on tombe sur de gros cas psychiatriques ou potentiellement dangereux qui font qu’on fouille les patients. Enfin, en vrai on les fait se déshabiller (vous inquiétez pas, on les fout pas totalement nus et on les habille avec nos chemises !) et on demande de retirer ce qu’ils ont dans leurs culottes. Si vous saviez ce que j’ai pu trouver dans les caleçons ou slips de personnes qui me faisaient croire qu’ils n’avaient plus rien… On fait cela à la fois par sécurité pour nous (on peut trouver des armes) et aussi pour lui (on se rappelle encore de celui qui, pourtant attaché sur un brancard, avait réussi à foutre le feu à ses draps à l’aide d’un briquet qu’il avait dissimulé).

Cette nuit-là, on nous avait prévenus de l’arrivée d’une femme de 35 ans avec des troubles du comportement importants et une agressivité certaine. De ce fait, elle arriva avec les pompiers et la gendarmerie. On était pas mal à l’attendre, ce qui a provoqué une scène irréaliste où de nombreux soignants attendaient à l’accueil prêt à parer à tout problème et la contenir si besoin. Si on compte les pompiers, les gendarmes, la police qui était également présente à l’accueil pour un autre cas, les infirmiers, les aides-soignants, les brancardiers… Je vous raconte pas le bordel. Surtout lorsqu’on vit une femme d’à peine 1m60 descendant (après négociation) du camion de pompiers. On a pas pu s’empêcher de lâcher un sourire et de tous se regarder… Est-ce vraiment utile tout ce monde ?

Elle fut plutôt coopérante, même si elle criait et insultait tout ce qu’elle pouvait. Mais avec une négociation rapide, elle s’installa dans un brancard et fut accompagnée dans un box. Bon durant 20 minutes elle a fait son théâtre au sein des urgences ce qui nous obligea par la suite à l’attacher sur un brancard. J’ai d’ailleurs évité certains coups de pied au passage et quelques crachats pour mon collègue. Elle fut rapidement poussée en unité psychiatrique.

Sauf que dans la nuit, un autre problème eut lieu ! En effet, ils l’avaient installée dans une chambre juste avec sa chemise d’hôpital. Bon je vous laisse imaginer les chambres pour les patients psy, il n’y a rien dedans, la chaise et la table sont attachés au sol et il n’y a qu’un matelas sur un support de lit en béton. Un soignant l’accompagnant aux toilettes avait trouvé le temps long… Il l’entendit pourtant pousser fort ! Si fort qu’il a cru qu’elle était surement constipé. Oui mais voilà, chez ces personnes-là on a toujours une petite lumière d’alerte dans la tête qui fait que cela peut-être autre chose. Ni une, ni deux, il ouvre la porte pour la voir sortir un couteau de ses parties intimes ! Quelle surprise ! Mais au lieu de l’attaquer lui, elle s’attaqua malheureusement à elle, en se donnant plusieurs coups de couteau au ventre et a tenté de se couper la gorge.

L’intervention du soignant fut rapide malgré tout pour éviter qu’elle continue à se faire du mal et tout le monde fut appelé pour la contenir une nouvelle fois. Elle fut vite prise en charge pour ses blessures mais heureusement, ne s’agissant que d’un petit canif, la lame était plutôt courte et n’avait donc pas provoqué de gros dégâts.

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Existe-t-il un lien entre la santé et l’alimentation ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais ce que nous mangeons impacte directement notre santé, …

Laisser un commentaire