Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » Une histoire d’intérimaire

Une histoire d’intérimaire

C’est l’histoire banale d’une intérimaire qui ne veut pas travailler. Vous pensez que cela ne peut arriver ? Et pourtant, cela arrive plus souvent que vous ne pouvez le croire.

 L’intérimaire grognon

Ce jour-là, le directeur des soins m’appelle pour me demander s’il me manque une aide-soignante l’après-midi, ce qu’à quoi je lui réponds positivement. Il m’envoie donc une intérimaire qu’il a justement sous la main ! Le monde est parfois petit, il est vrai.

Quelques minutes après, l’équipe me téléphone et me demande de monter rapidement dans le service car une certaine tension se serait installé vis-à-vis de l’intérimaire. Ni une ni deux, j’accours et je croise le médecin qui part énerver, tiens pourquoi ? Je rentre dans le premier bureau et rencontre les aides-soignantes passablement énervées et éméchées et rentre dans la salle de soins… A peine ai-je eu le temps de dire bonjour qu’une certaine dame me saute dessus et m’interpelle en montant la voix rapidement. Hop hop ! On se connaît ?

Après interrogation du pourquoi du comment, elle me dit qu’elle ne veut pas travailler ici, que deux aides-soignantes pour 30 patients, ce n’est pas possible. Ah parce qu’ailleurs ils sont plus ? Oui mais ici ils sont lourds et j’ai pas envie d’avoir mal au dos ce soir. Okay… D’où le fait qu’elles travaillent en binôme, qu’elles savent utiliser un lève-malade par exemple, qu’elles se souviennent de leurs cours sur la manutention et la prévention du dos. A quoi bon ! Elle ne m’écoutera pas.

Pourquoi venir alors ? Pourquoi accepter et venir ? Pourquoi s’énerver et gueuler ? Surtout en débarquant en pleine transmission les stoppant net pour vous entendre jacter ? Outre le fait d’être d’avoir un diplôme et d’être intérimaire (ce qui laisse supposer certaines choses (travail, adaptation, etc)) et ne pas vouloir travailler, cela la regarde et je m’en cogne. Je me sens bien dans ma peau moi. Ce qui me dérange ici sont deux choses (qui lui ont été dites) :

  • On fait ce métier pour des personnes qui ont besoin de soins, pensons aussi à eux avant de penser à soi. Donc vouloir se barrer et laisser les patients en galère, c’est moyen. Merci la continuité des soins et l’image qu’on peut donner sur les hôpitaux en manque d’effectifs.
  • Si on ne veut pas travailler, on ne vient pas. Si on vient et qu’on se rend compte qu’on est trop fainéant pour travailler, on en parle. On ne fait pas son sketch mélodramatique en criant dans un service en interpellant tout le monde. On va voir le directeur des soins ou un cadre pour lui en parler. L’équipe soignante, qui est déjà en souffrance et en stress car il manque une aide-soignante l’après-midi, avait-elle besoin de voir et entendre cela ? Maintenant ils étaient énervés toute l’après-midi. Qu’a-t-on besoin d’engendrer cela au personnel qui n’a rien demandé ? Elle s’attend à une aide et c’est tout le contraire qui a eu lieu.

Bref, déjà qu’on peut-être fatigué du manque d’effectifs mais si en plus les intérimaires s’y mettent à ce point… Ce fut mon coup de gueule du jour. Merci.

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Existe-t-il un lien entre la santé et l’alimentation ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais ce que nous mangeons impacte directement notre santé, …

Laisser un commentaire