Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » J’vous prendrai bien un ptit verre

J’vous prendrai bien un ptit verre

Une femme de 48 ans, hospitalisée aux urgences pour alcoolisation aigüe dans un contexte de dépression chronique. Malheureusement, on s’occupe souvent de ce type de patients, on pourrait même dire qu’on s’en occupe tous les soirs.

Arrivée dans la journée vers 15h avec un éthylotest positif tournant aux alentours de 2,66 g, nous reprenons la suite à 19h avec la tite dame.. A 2.16g. Une légère baisse, troublant en 4h vu que certains dégrisent plus vite maison lui laisse le bénéfice du doute. Allez, une bonne carafe d’eau à boire et cela l’aidera ! Cela ne risque pas d’être si dur vu qu’elle assure niveau descente de carafe d’eau depuis son arrivée. Hum…

Vers 22, il est temps de refaire un petit contrôle avec l’éthylotest. Normalement, avec les carafes d’eau qu’elle a bu, on doit être bon. Elle souffle, le résultat tarde à s’afficher et là… Surprise. 3,10 grammes ! Attendez, comment cela peut-être possible ? Forcément, c’est un coup du matériel, c’est toujours sa faute à lui. On souffle à notre tour (0 ! ouf… ;p), on refait souffler la petite dame et… ah bah oui, le même résultat, 3,10 grammes ! La patiente se lamente, elle ne fera jamais descendre son alcoolémie, elle le sent. Discours pour le moins intriguant. Elle boit quelque chose c’est sur, ce n’est pas possible autrement, mais quoi ? Elle n’a rien avec, aucune affaire, rien ! On refait le tour de la chambre, elle n’a que sa blouse comme affaire. Et sa carafe contient bien de l’eau, c’est nous qui lui avons mis. Elle n’as pu boire, c’est forcément l’éthylo qui déconne (toujours sa faute, c’est plus facile).

Bon, vu le taux, on reperfuse la petite dame pour la réhydrater et passer quelques vitamines. Et en profitez en douce pour prélever une alcoolémie pour être sur du taux. Le sang ne ment jamais ! À part si la machine du labo déconne et donne une valeur différente (Quoi, faut que j’arrête d’incriminer les machines ?).

Quelques temps plus tard, le résultat tombe. 3,16 grammes d’alcool dans le sang ! Le laboratoire confirme le chiffre. Mais comment est-ce possible ? On refait le tour de chambre, encore et encore et là… Le coup des roumains ! (faudra que je vous la raconte celle-là… En gros, c’était un roumain qui était bourré aux urgences et qui ne faisait que monter son alcoolémie. Et il avait souvent des envies pressantes d’aller au toilette. On retrouvera une bouteille d’alcool modifié qu’on utilise derrière les tuyaux des toilettes…). Bon bref, on fait le tour de la chambre et là… MAIS BIEN-SUR ! Le SHA (Traduction : La Solution Hydro-Alcoolique !) fixé au mur de toutes les chambres et un peu partout dans les urgences.

La patiente n’a pas l’odeur pourtant, le SHA n’est pas vide, sa carafe d’eau sent.. rien. Comment fait-elle ? Tiens, fais donc voir son verre. BIM ! Une petite odeur se fait sentir et vu l’aspect suspect au fond du verre et une matière huileuse sur ses bords on se dit que le mystère est maintenant résolu.

« Bon ben madame X vous espériez sortir vite…. Ca va être compliqué là! »

Moral : Ne laissez pas le SHA en libre service à une patiente alcoolique, elle s’en servira comme sirop et en parfumera son eau !

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Existe-t-il un lien entre la santé et l’alimentation ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais ce que nous mangeons impacte directement notre santé, …

Laisser un commentaire