Accueil » Chroniques » Je vous laisse, demain c’est les vacances
phlebite ou vacances

Je vous laisse, demain c’est les vacances

Ce soir je reçois une femme de 32 ans ayant des douleurs en haut du mollet gauche. Forcément, elle pense à une phlébite (en ayant fait des recherches) et décide donc de venir consulter. Notons au passage que le mollet n’est ni chaud, ni rouge et ne comporte aucun autre signe associé.

Elle est parti en vacances la phlébite ?

Par principe (ou précaution), le médecin demande à ce qu’on lui fasse une prise de sang. Je pars donc m’exécuter tranquillement. Je lui explique ce qu’on recherche, elle est plutôt réceptive. Elle me demande forcément si une phlébite est grave et comment cela se traite. Je lui explique rapidement et semble plutôt la soulager. Je ne percute pas encore forcément ce petit soupir qu’elle avait lâché. Et je ne m’attendais pas à : « Sinon les résultats de la prise de sang, mon mari peut venir les chercher demain comme cela je peux rentrer dormir ?« . Tu sais, ce genre de remarque que les blouses blanches des urgences adorent entendre…

Alors non ma chère madame, on ne peut pas. Et comme je lui fis remarquer : « Si c’était votre souhait, il valait mieux appelé SOS médecin et faire le bilan sanguin demain matin au laboratoire« . Elle me répondit que si le résultat n’est pas bon, elle pourra revenir, cela ne la dérange pas. Oui mais nous si justement… Parce qu’on prend le temps de s’occuper de vous et par respect pour notre travail, il serait adéquat de rester. Il n’y a qu’une (grosse) heure à attendre avant d’en savoir plus. Et si justement les résultats sont mauvais, on ne va pas envoyer une équipe vous chercher à votre domicile. Allez justifier au SAMU notre prise en charge… Et potentiellement, interdiction de se mettre debout en cas de suspicion de phlébite.

Une fois le résultat biologique obtenu, on remarque que tout va bien pour elle. Pas de phlébite. Se plaignant par contre toujours de douleurs, l’interne demandera une radio de contrôle. On ne sait jamais selon lui… (me souviens pas d’une notion de trauma signalé ou autre mais c’est lui le patron). Donc je dis à madame qu’on va se diriger vers la radio pour un contrôle, la biologie étant normale. « Mais pourquoi faire ? » – « Bah parce que vous avez quand même mal… Non ? ».

J’ai eu ce que je voulais, je pars

15 minutes après, elle viendra finalement nous voir en déclarant « vu que je n’ai pas de phlébite, ça me rassure donc je m’en vais« . Elle n’avait toujours pas passé la radio et ne voulait d’ailleurs pas la passer finalement. Je lui demande d’au moins attendre 5 minutes que le médecin vienne la voir pour lui expliquer deux trois choses et lui donner son dossier de sortie. Non trop long pour elle, elle doit rentrer pour dormir car demain elle prend la route des vacances et a donc besoin de se reposer.

Alors pour nous, on est dégoutés. Dégoutés de prendre du temps ainsi pour un remerciement de ce type. La santé d’abord ? Soit elle repousse son départ de quelques heures ou sinon elle dormira plus tard. On ne dort pas ou peu d’heures parfois, mais sommes pourtant là. Là, la prise en charge n’était pas longue à ce qu’on pourrait croire, donc il n’y avait pas l’excuse que parfois c’est long aux urgences. Elle est partie sans au moins dire merci au médecin et sans lui signaler elle-même, par politesse qu’elle ne souhaite plus rester. Tiens d’ailleurs, je n’ai pas eu un remerciement ou un au revoir.

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Existe-t-il un lien entre la santé et l’alimentation ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais ce que nous mangeons impacte directement notre santé, …

Laisser un commentaire