Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » Moi face à un meurtrier
meurtrier

Moi face à un meurtrier

On a quand même un métier qui nous en fait voir de toutes les couleurs, surtout auprès de la population. Par notre métier, nous ne jugeons pas. Il m’arrive régulièrement de m’occuper d’hommes venant de prison ou simplement pour une réquisition avant la garde à vue. On ne demande jamais ce qu’ils ont fait et pour ma part je m’en fiche un peu, je me protège surement en ne voulant pas le savoir.

Mais quand la réalité d’un fait divers débarque aux urgences, on fait comment ? Il n’y a pas longtemps, on a eu le droit à des petits jeunes victimes d’une fusillade dans la cité, un classique le mois dernier. Mais quand l’histoire sordide qu’on peut lire dans la page 8 de votre journal vous tombe dessus, vous avez un sentiment bizarre.

Moi et le meurtrier

Arrive aux urgences un homme d’environ 40 ans pour lacération multiple sur le corps dont une phlébotomie sur chaque bras et une lacération suturale au cou. On apprend vite qu’il a des antécédents psychiatriques et qu’il vient d’une grande ville de la côte atlantique. En effet son beau-frère l’a également rejoint aux urgences pour le « canaliser ». Au départ, nous n’avions pas fait attention à ce détail. Le patient reste mutique, expliquant juste son geste par un coup d’énervement envers sa mère qui voulait le tuer. Et là tu te dis : « oui bon il est psy en même temps ». Et tu laisses couler… Oui mais là il ne fallait pas laisser couler.

Plus tard, le cadre de nuit arrive rapidement et nous demande où se trouve le patient en question. On lui dit qu’il se trouve actuellement dans un box et nous répond alors qu’il doit y rester et ne pas bouger. On a d’ailleurs ordre de ne pas commencer les soins… (Vous inquiétez pas, ses plaies ne saignent pas. Il a une bonne coagulation et de bonnes plaquettes le pépère !). Le cadre nous signale alors que la BAC (Brigade Anti Criminalité) arrive pour lui… Là tu te dis que c’est sérieux mais tu te dis aussi que si le mec veut se barrer, tu comptes l’arrêté avec ta petite seringue ?

On nous apprendra alors qu’il s’était bien embrouillé avec sa mère mais que les voisins ou la famille n’ayant pas de nouvelles ont alors appelés les pompiers et la police pour faire une ouverture de porte. Lorsqu’ils sont entrés dans la maison, le carnage avait déjà eu lieu…

Moins de 10 minutes plus tard, les policiers de la bac arrivent et entrent par l’arrière du box (oui on a une entrée et une sortie dans nos boxs… la classe non ?). On a pu alors assister à une arrestation comme dans les reportages… Pourtant dans son brancard et le beau-frère assis sur une chaise, ils ont pas eu le temps de dire quoi que ce soit lorsqu’ils sont rentrés. Pour lui, je me dis qu’il s’y attendait mais pour le beau frère, il a du rien comprendre… Quelques minutes après, menottes au poignet et quelques explications, ils le relâchèrent… Le suspect était maintenant dans un brancard, ne bougeant toujours pas, une menotte à chaque poignet relié au brancard. Et si on s’occupait des plaies maintenant ?

Oui parce que maintenant que tout le service est au courant et que le médecin a dû le voir  pour une autre raison que celle de plaies diverses, qui devait nettoyer les plaies et faire les pansements ? C’est votre serviteur.

Ce que je veux dire à partir de là, c’est qu’avant on était au courant de rien, pourtant c’était le même homme en face de nous que maintenant. Sauf que maintenant on sait qu’il a trucidé sa propre mère. C’est fou comme ton approche est alors différente que la première fois que tu es entré dans ce box. Tu as soudain revêtu une carapace pour te protéger et mettre encore plus de distance que d’habitude avec le patient. Tu fais alors des soins de façon mécanique, sans réfléchir, un vide dans ta tête. Parfois tu le regardes et tu te demandes comment il a pu faire ça, il n’a pas l’air bien méchant. Tu t’en rends même pas comptes, pourtant ton esprit infirmier continue son travail et lui demande s’il n’a pas mal durant le soin… Habitude d’une déformation professionnelle ?

Bref, j’ai fais des soins un mec qui venait de tuer sa mère.

Hey ! merci à Frag pour la photo.

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Existe-t-il un lien entre la santé et l’alimentation ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais ce que nous mangeons impacte directement notre santé, …

Laisser un commentaire