Dernières nouvelles
Accueil » Chroniques » T’as pas un petit SHA pour moi ?

T’as pas un petit SHA pour moi ?

Elle est revenue ! Mais qui ça ? Mais si, de cette petite dame, ma petite SHAtinette des urgences. Oui, c’est le surnom que je lui ai refilé suite à sa dernière venue aux urgences où elle nous avait bu quelques verres de Solution Hydro-Alcoolique.

Alors déjà ce qu’il faut savoir, c’est que l’article précédent n’était pas vécu réellement à 100% par moi. J’étais bien présent mais m’occupais de cette personne. J’avais juste donné mon avis sur la possibilité qu’elle s’enfilait du SHA en douce…

Donc sur ce coup, je me retrouve du côté des chambres des urgences, j’en ai 5 sous ma responsabilité et également une « grande chambre » de 4 lits. C’est là où elle se trouve lorsque j’arrive pour relever ma collègue le soir. Le nom me dit quelque chose, l’histoire aussi puis je laisse filer… C’est une heure après que je me rappelle bien d’elle, c’est ma petite dame du SHA ! Elle est donc revenue encore une fois aux urgences alcoolisées en mal-être. Alors oui, on ne va pas le nier, il existe une souffrance derrière son histoire qu’on tente d’explorer. Mais lorsqu’on a 3 grammes dans le sang, vous vous doutez bien qu’on peut rien en tirer…

Elle fut plutôt calme cette nuit-là, elle n’a fait que dormir. Le petit sourire vient du côté des prescriptions où les médecins ont rajouté une petite ligne « attention : Antécédent de SHA ! Les retirer« . Ah bah c’est bien, ils se souviennent d’elle aussi. Bref, à mon dernier tout elle était à 2 grammes. Et je n’avais pas attendu pour vérifier que tous mes SHA au mur était tous vide.

Vers 4h du matin, elle se réveille. Elle demande de l’eau, on lui donne. Elle se lève une première fois avec sa perfusion, elle fait mine d’aller aux toilettes. Elle revient avec sa carafe d’eau remplit. Elle cherche quelque chose…

Quelques minutes après, une infirmière des urgences vient me voir et me dit qu’elle a remis la petite dame dans son lit, elle a été retrouver au sein même des urgences en train de déambuler. Ah la vache ! Oui parce qu’il faut faire attention à cette petite dame il paraît ! Sauf que je suis pas surveillant de prison, que j’ai des soins, qu’elle se trouve dans une chambre ouverte avec 3 autres personnes et qu’elle n’est pas attachée (pour son bien…). Bref, je reviendrais pas sur cela. Ou pas.

Elle finit par user de sa sonnette. Une fois puis deux, trois… Toujours à demander son portable. Au bout de la 4ème fois, je trouve qu’elle a le comportement qu’on peut avoir lorsqu’on s’est pris une murge, toujours à demander la même chose malgré nos réponses. Tiens et si j’allais faire durant quelques minutes mon pseudo-rôle de gardien de prison et me poster devant la chambre sur une chaise. C’est ce que j’ai fait et c’est 5 minutes plus tard que j’entendis du bruit ! Je me lève et la vois, complètement agars, déperfusé (imaginez le sang partout), ayant vomi par terre. Et sans doute, elle s’est soulagé aussi… bref.

Hop, venez avec moi ! Je la mets dans le couloir lui demandant ce qu’elle faisait là. Et vu son comportement, je lui dis que j’ai un gros doute sur son comportement. Donc je la préviens qu’elle va avoir le droit à une nouvelle séance avec l’éthylotest. Après avoir retiré le lit de la chambre, changer les draps on la remet dedans. Les pupilles sont bien ouverts. On nettoie la chambre, merci les voisines pour être restées calme. (Personne ne relève qu’ils ont mis une personne alcoolisée avec fort risque de s’empiffrer de SHA, donc de mise en danger pour elle-même, dans une chambre avec 3 petites mamies ? Moi ça me choque mais les médecins t’écoutent pas parfois. Enfin surtout ce soir-là).

Je la fais souffler et là surprise, on est passé de 2 grammes à 3,30 grammes. Argh, elle a remis ça ! Mais comment ? Rappelez-vous, on l’a retrouvé aux urgences et plus dans sa chambre… Hum, elle a dû vite boire là-bas, cela reste bizarre quand même. C’est lorsqu’on lui a changé sa chemise de nuit qu’on a compris. Devinez ce qu’il y avait caché entre ses jambes ? Dans le mille Émile ! Un bon gros pousse-pousse de SHA se trouvant généralement sur les chariots de soin des infirmières. Elle niera les faits. Bon à 3,30 grammes, t’as plus les idées très fraîches.

Elle finira le reste de la nuit à dormir bien tranquillement.

Moralité : Bordel mais quand on connait le risque, faites en sorte de les protéger (et vous également) en les enfermant dans une chambre ! Pas dans une pièce ouverte avec des petites dames. La dernière fois, elle a fini 2 jours en psychiatrie enfermée à clé pour éviter ce genre de comportement. Là, ils auraient du soit l’attacher (ouh les contentions, faites attention à bien les utiliser ! Oui certains n’aiment pas du tout cela d’ailleurs. C’est un autre débat) ou soit la même dans une chambre en face de nous. Pour ma part, les gens à risque de fugue, je mets toujours un petit plateau sur la poignée. Comme ça, si la personne ouvre la porte, le plateau tombe et cela fait un boucan dans le couloir. Puis tu cours. Encore et encore… On court souvent aux urgences.

A propos de Thibault Deschamps

Infirmier 2.0 - Je partage tout et rien mais cela n'engage que moi. Note: Article rédigé en collaboration avec l'entreprise citée

A Découvrir

Existe-t-il un lien entre la santé et l’alimentation ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais ce que nous mangeons impacte directement notre santé, …

Laisser un commentaire